Accueil » Comment devenir Éleveur de chevaux
Métiers

Comment devenir Éleveur de chevaux

Jeunes chevaux Lipizzaner dans un haras

L’éleveur de chevaux s’occupe autant de ces animaux que de poneys, ânes et autres équidés. Il veille alors à leur bien-être et leur apporte les soins nécessaires.

Présentation du métier

L’éleveur de chevaux s’occupe des équidés destinés à être montés (bêtes de selle), à être attelés (bêtes de trait) ou pour effectuer du saut d’obstacle ou du parcours (bêtes de sport). Il participe ainsi aux soins, au nourrissage, aux tâches liées à la reproduction voir à la préparation des chevaux avant un exercice. Il peut être salarié ou gérant de l’élevage. Sa mission principale est avant tout de choisir les meilleurs reproducteurs pour améliorer la race et faire naître des poulains en bonne santé. C’est un métier de passionné.

Missions

Troupeau de cheveaux
Troupeau de cheveaux
  • Soigner les animaux : l’éleveur veille à la santé de ses chevaux. Il s’assure d’abord de leur bien-être quotidien, les nourris et les soigne pour les garder en forme. Si les soins nécessaires dépassent ses compétences, il fait alors appel à un vétérinaire. Il contacte également le maréchal ferrant pour les ferrures.
  • Faire naître et grandir les poulains : il choisit les reproducteurs afin d’assurer la meilleure descendance possible et d’améliorer les caractéristiques de la race. Il est aussi présent lors des naissances pour s’assurer qu’elles se déroulent dans de superbes conditions.
  • Assurer l’éducation des jeunes chevaux : l’éleveur apprend les bases de dressage au poulain. Il les familiarise donc avec l’homme, les fait découvrir les licols, accepter la longe…
  • S’occuper de l’administratif et de la gestion du site : s’il est le propriétaire, il se charge par ailleurs de la gestion administrative et comptable de son élevage. Dans le cas où il est salarié, il rend compte de ses actions au gérant. Qui plus est, propriétaire ou salarié, il entretient les locaux, les pâturages et les matériels, et équipements.

Qualités et compétences

  • Connaître les chevaux, leurs besoins et équipements : l’éleveur a une connaissance parfaite des équidés. Avoir des connaissances de base en anatomie, physiologie et biologie animale lui permet de choisir la meilleure alimentation et d’anticiper leurs besoins médicaux.
  • Avoir une bonne condition physique : pour manipuler ces animaux imposants l’éleveur doit être en forme. Il doit aussi supporter toutes les conditions météorologiques, car il travaille quel que soit le temps.
  • Faire preuve de disponibilité : l’éleveur est toujours présent pour ses animaux, notamment en cas de problème ou durant les périodes de mise bas. Ainsi, l’éleveur n’a pas vraiment d’horaires.

Horaires

L’éleveur de chevaux ne compte pas ses heures, car elles dépendent des besoins des animaux. Lors des mises bas, il peut, par exemple, veiller toute une nuit.

Conditions de travail

Les conditions de travail sont assez contraignantes. Non seulement l’éleveur s’occupe des animaux, mais il se charge, en plus, de tout l’administratif pour la gestion de son élevage ainsi que de l’entretien des locaux et équipements.

Salaire

Bulletin de salaire
Bulletin de salaire
  • Salaire débutant : 1 500 euros bruts par mois
  • Salaire confirmé : 1 800 euros bruts par mois
  • Salaire sénior : 3 000 euros bruts par mois avec des formations complémentaires

Études et Formations

Jeune éleveur de chevaux en formation
Jeune éleveur de chevaux en formation

Aucun diplôme n’est obligatoire pour devenir éleveur de chevaux. Néanmoins, un employeur préfèrera un candidat qualifié. Pour s’installer en tant qu’éleveur, les aides ne seront attribuées qu’aux titulaires d’un diplôme de niveau IV au minimum.

Niveau bac (niveau IV)

  • Le Bac professionnel CGEH (conduite et gestion de l’entreprise hippique) se déroule en 3 ans après la 3e.
  • Le BP (brevet professionnel) responsable d’entreprise hippique se prépare en 2 ans après un CAP. Il forme des responsables d’entreprises, responsables des chevaux ou responsables des déplacements.

Niveau bac +2

Le BTSA PA (productions animales) spécialité élevage équin et valorisation des jeunes chevaux dure 2 ans. Il est accessible aux candidats possédant un baccalauréat. Le BTSA  ACSE (analyse, conduite et stratégie de l’exploitation agricole) propose une spécialité support équin. Il se déroule également en 2 ans après un baccalauréat.

Niveau bac +3

Les licences professionnelles permettent au candidat de se spécialiser davantage. La licence productions animales
propose le parcours « développement et conseil filière équine ». La licence professionnelle management et gestion des organisations a, quant à elle, une spécialité « gestion dans la filière équine ».

Il existe également un mastère spécialisé sciences et management de la filière équine pour les candidats qui souhaitent prolonger leurs études. Il est dispensé par AgroSup Dijon, l’EM de Normandie et l’Université du Kentucky (USA).

Écoles

Trouver son école de formation

Voici une liste des écoles qui proposent des formations pour devenir éleveur de chevaux :

Le Centre Européen de formation propose la formation de cavalier soigneur.

Débouchés

L’éleveur de chevaux peut s’orienter vers d’autres métiers liés au cheval (enseignant d’équitation, responsable de centre équestre…). Il peut également devenir entraîneur ou superviseur de chevaux de course.

Secteurs