Accueil » Comment devenir Pilote de drone ?
Métiers

Comment devenir Pilote de drone ?

Pilotage de drone sur un chantier de construction

Le pilote de drone professionnel est chargé de commander un drone et d’organiser son vol pour obéir à des consignes précises.
Il sait parfaitement comment un drone fonctionne et peut être en charge de son entretient.

Présentation du métier

  • Niveau d’études ou diplôme minimum : brevet technique 
  • Études en alternance possible : non
  • Salaire débutant : 1500 € à 2000 € brut par mois
  • Statut : salarié, indépendant
  • Métiers associés : pilote de ligne, pilote de l’armée

Un pilote de drone est aussi appelé un télépilote. Le métier est encore méconnu. Il faut manipuler ici, une avancée technologique de pointe. Hors, cet emploi se développe dans des secteurs d’activité de plus en plus variés. Le télépilote est, au départ, au service de la défense, dans l’armée notamment. Devenir pilote de drone est maintenant possible dans les domaines de l’ingénierie, de l’audiovisuel, de l’agriculture, de la surveillance et du bâtiment. Son rôle est de réaliser des photos ou des vidéos pour des tournages, des constructions BTP ou pour l’inspection de cultures d’exploitation, par exemple. Ce professionnel est donc chargé de récolter des informations, même lorsqu’il manipule un drone sur des endroits difficilement accessibles.

Outre la technique, le pilote de drone doit veiller, comme le ferait un pilote de ligne, à réaliser quelques actions théoriques pour que son vol ne puisse être gâché par des imprévus. Le télépilote devra donc réaliser des rapports pour contrôler son vol et s’assurer de la sécurité future des prochains. Il surveille également la météo du jour et s’occupe de la maintenance de l’appareil. Il prépare aussi le plan du vol. Enfin, le pilote de drone doit également s’occuper de demander l’accord du vol au centre de contrôle aérien et de récolter puis respecter méthodiquement, les ordres de son chef. Le pilote de drone sait s’exprimer clairement, à l’écrit comme à l’oral et peut échanger sur les informations du vol aisément. Usant de l’écoute active, il est également réactif à tout moment. Grâce à cela, iI comprend et réalise rapidement les consignes assignées. 

Missions

  • Savoir organiser et conduire un vol de drone : Devenir télépilote demande technicité, patience et adaptabilité. Outre l’utilisation du drone, le pilote veille également à ce que tout se passe bien au cours du vol. Afin d’acquérir le savoir-faire nécessaire à l’emploi, le pilote de drone a l’obligation de se former. Son objectif est d’obtenir le BAPD, le brevet d’aptitude de pilote à distance. Ce diplôme permet aux pilotes de drone de certifier leur professionnalisme. Il prouve alors l’habileté du télépilote à pouvoir répondre scrupuleusement aux demandes de pilotage.
  • Rédiger des rapports précis : Le pilote de drone est chargé de rédiger plusieurs rapports. Certains se réalisent lors de l’élaboration du vol et d’autres le succèdent. Ce sont avant tout des mesures de sécurité qui permettent de prévenir d’un problème et de s’assurer que tout soit aux normes. Dans ses écrits, le télépilote a donc le devoir de préciser ses analyses par des termes techniques, détaillés et organisés. Ces rédactions vont également permettre la maintenance de l’appareil. Cette action est d’ailleurs primordiale pour préserver de bonnes conditions de vol. 
  • Travailler en équipe : Pour mener à bien son vol, le pilote de drone doit converser et s’organiser en groupe. Celui-ci doit notamment s’informer sur le paramétrage du vol. Il échange également avec le contrôle aérien, notamment en demandant la permission de décoller. Voilà pourquoi le télépilote est sociable et méthodique à la fois. Ceci lui permettra de discuter avec ses confrères de la manière la plus fluide et technique en même temps.

 Qualités et compétences

  • Avoir des connaissances variées et acérées  : Pour être un pilote de drone professionnel, il faut une méthode précise. Pour cela, le futur télépilote passe le BAPD. Ce brevet lui permet de confirmer sa bonne façon d’agir. Ce diplôme différencie d’ailleurs un pilote amateur du professionnel. Outre des compétences dans l’aéronef, le professionnel doit en avoir acquis également dans la prise de vue des photos et vidéos. Il doit donc acquérir les capacités nécessaires pour réaliser, comme il se doit, les actions éclectiques demandées pour acter ses missions. 
  • Savoir s’adapter à toutes situations : Un pilote de drone travaille face à des demandes éclectiques. L’armée, la sécurité, l’audiovisuel ou encore le bâtiment, les secteurs qui embauchent sont multiples. Pour cela, il doit bien connaître sa machine et ne pas avoir peur de se déplacer. Le pilote de drone n’agit pas de la même façon, pour chaque action. De ce fait, il doit s’adapter aux requêtes clientèles et à l’environnement du lieu où il se trouve. Plus il saura le faire, plus il réalisera de missions. 
  • Être passionné par son métier : En plus de la manipulation de drone, le pilote doit scrupuleusement veiller à son appareil. Il a également besoin de passer du temps en amont et en aval de chaque vol pour sa préparation et son bilan. Enfin, il lui est nécessaire de s’informer régulièrement, pour préserver ses connaissances et les développer. Il doit donc s’investir pleinement dans son métier. Voilà pourquoi il est fortement conseillé qu’il soit passionné par ce qu’il fait.

Horaires 

Indépendant, le télépilote choisit ses horaires. Salarié, il est généralement embauché en contrat à durée indéterminé. Cependant, ses horaires ne sont pas fixes. Dans les deux cas, il lui faudra s’adapter aux missions proposées et être disponible parfois les soirées, les week-end ou les jours fériés, selon la demande de la clientèle.

Conditions de travail

Le pilotage de drone est un emploi qui, petit à petit, se démocratise. Celui-ci est rigoureusement encadré pour la technicité et la sécurité d’un vol. Pour cela, il est obligatoire d’avoir acquis le brevet d’aptitude des pilotes à distance (BAPD), fourni par la Direction Générale de l’Aviation Civile après une formation réglementée.

Salaire

Fiche de salaire
Fiche de salaire

Employé à la mission, les salaires des télépilotes sont très variables. Ainsi, ils peuvent gagner de 1500 à 2000 € brut par mois, si leurs revenus sont stables. De ce fait, ils pourront alors prétendre à près de 5000 € brut par mois, après ancienneté. Certains domaines, comme l’audiovisuel, par exemple, avec des tournages de films ou de publicités, font des demandes pouvant aller à quelques milliers d’euros.   

Études et Formations

Pour devenir pilote de drone, il est donc obligatoire d’être certifié par le Brevet d’Aptitude de Pilote à Distance. Celui-ci est composé de trois sous catégories A1, A2 et A3. Il devra pour cela, passer cette certification dans l’un des centres d’examen de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile).

Un apprentissage en trois étapes

Le premier temps est la théorie. Une fois son diplôme délivré, le télépilote va devoir obtenir une attestation de suivi. Le futur pilote de drone peut alors choisir de se former comme il l’entend. Pour cela, il peut opter pour la formation en ligne ou avec un professeur, plusieurs jours par semaine.

Ecoles

Trouver son école de formation

Voici un classement de 5 centres de formations qui permettront au télépilote de passer les étapes du BAPD.

  1. Telepilote SAS
  2. CFAD – Centre de formation aux métiers du drone
  3. FORMAT DRONE
  4. DroneContrast
  5. Droneonair

Débouchés 

Plusieurs débouchés s’offrent au télépilote. Il peut d’abord se spécialiser jusqu’à entrer dans l’armée, s’il le souhaite. Il peut aussi choisir de développer sa propre entreprise. Et s’il est salarié, il a la possibilité d’évoluer en tant que chef d’équipe ou devenir formateur.

Secteurs